Carnet de route

Pics de Lasnère et Anayet 05 et 06/2016

Le 13/06/2015 par Philippe Discazeaux

« Deux pour le prix d'un ! »

En ces temps troublés ou notre cher (très cher...) premier ministre, inaugure avec ses enfants la nouvelle liaison Poitiers/Berlin sans escale, pour aller assister à un match, certes passionnant, mais néanmoins sujet à polémique, je ne résiste pas à la tentation de vous rendre compte d'une rencontre qui se déroula dans les Pyrénées, entre les équipes du LASNÈRES, du district de la vallée d'Aspe, et celle de l'ANAYET, du district espagnol du Val de Tena.

 

Toutes deux sont coachées par des entraîneurs réputés et ô combien emblématiques, ce sont, vous les aurez bien sûr reconnus, DD de Bègles et FL de Mont-de-Marsan.

Ils ont à leurs palmarès respectifs de grandes victoires, tels, entre autres: le Lurien pour l'un , et le Schrader pour l'autre.

 

Mais venons-en à la rencontre proprement dite.

 

Les deux équipes s'étant préparées minutieusement comme d'habitude, elles durent malgré tout, faire face à des défections inattendues.

 Le Team du Lasnéres  tout d'abord,  dut se résoudre à jouer sans un de ses meneurs de jeu, le fameux J CC, qui, n'étant pas au mieux de sa forme, préféra déclarer forfait. 

Quant à celui de l'Anayet, , c'est MRDS, une de ses meilleures Pom-Pom Girls,  qui dut se résigner à annuler sa participation, victime d'une méforme récurrente. De plus, le team dut composer avec la défection de leurs fameuses  vedettes, BF et CF, qui ont été appelées en renfort dans l'équipe nationale d'Espagne.

 

En lever de rideau, là aussi, le niveau était relevé.

La petite équipe du CDP, (col de Pau), affrontait celle, redoutable, de Forata. 

 

Après un rapide pique-nique, qui au parking de l'Aumet, qui au parking de Formigal, nos deux équipes s'élancèrent vers le but final.

Les arbitres demandant très réglementairement "si tout le monde était prêt?",  la partie s'engagea.

 

 Dès le début de la rencontre, on voyait très bien que CT d'un côté, et CG de l'autre, n'étaient pas au mieux de leur forme. En effet,  dès les premières minutes , ils avaient du mal à suivre le rythme imposé, et ils durent regagner leurs bancs  respectifs, avant la fin du match. Dommage pour eux, mais gageons que dans quelque temps, cela ira mieux. 

La rencontre se déroula sans aucun souci, le CDP déroulant un jeu facile et alerte, tandis que dans l'équipe de Forata, on voyait bien que  certains voulaient en découdre : ils en vinrent aux mains pour arriver plus vite à leurs fin. L'autre partie de l'équipe, plus calme, plus professionnelle peut-être, arriva au même but sans passer par ces extrémités.

 

Vous avez bien compris qu'à ce niveau-là, ces équipes ne logent plus dans de vulgaires « bouis-bouis ». L'une se logea à ACCOUS, au Gîte DESPOURRINS, où elle fut ma foi très convenablement accueillie, l'autre alla carrément à SALLENT DE GALLEGO, à l' hôtel bien nommé : le Balaïtus. Là aussi, ce fut une réussite.

 

En attendant la rencontre du lendemain, pour calmer le stress, il faut évidemment occuper les esprits des participants : rituellement, les parties de belote s'engagent et rituellement également,  certains gagnent beaucoup plus que d'autres, (... J'ai bien dit : « certains », je n'ai pas dit : «... Certaines... »)

... Au grand dam de ces dames... !

 

Le jour venu, l'équipe du Lasnères se réveilla fort dispo, et après un petit déjeuner réconfortant, se prépara à affronter la dure journée. De son côté, celle de l'Anayet fit de même...

 

Celle du Lasnères prit un itinéraire bizarroïde, en passant par un chemin plus ou moins interdit, avec une barrière plus ou moins fermée, mais arriva sur le lieu de la rencontre sans embûches.

Celle de l'Anayet, plus sobre, se contenta d'arriver directement au parking où avait lieu la confrontation.

Les équipes, attendant le coup de sifflet des arbitres, se préparaient, concentrés, avec leurs rituels respectifs...

 

Et cela démarra...

Rythme soutenu dès le départ, il n'en fallut pas plus à CT, toujours mal remis, à lâcher prise.... En face, ce n'était guère mieux : CG, (non pas lui cette fois,  mais elle......... ! !) avait à son tour un bon coup de mou, qui se caractérisa par une demande de sortie de terrain, à laquelle son entraîneur FL obtempéra. Elle fut vite rejointe par MF, qui elle aussi,se trouvait en petite  forme.

 

Pendant ce temps, l 'équipe de DD déroulait un jeu toujours agréable à regarder.

Homogène, elle ne tarda pas à trouver les cabanes de Core del Cam, puis le col de la Taillandère bien démarqués.

 Dès lors, ce fut  un jeu d'enfant de marquer les premiers. À 11 heures, ils étaient au sommet  de leur gloire , le but y était   Ça y est!!!! Ils y  croyaient tous en leur victoire, ils menaient, ils étaient au sommet de leur art, rien ne pouvait les abattre, croyaient-ils....

 

Dans les tribunes, tous ce que les Pyrénées comptent de grands, s'étaient, semble t'il, donnés  le mot afin de soutenir leurs équipes: pour supporter les Aspiens, on pouvait distinguer dans les tribunes, entre autres: le Grand Gabizos, le Balaïtous, le Lurien, les Pics d'Aule  et de Sesque, le Montagnon d'Isseye, et dominant tout le monde et encourageant les deux équipes, évidemment le plus prestigieux, le Jean-Pierre,le pic du Midi d'Ossau.

De l'autre bord, pour apporter le soutien à l'Anayet, on n'avait pas lésiné non plus: que du lourd: le Vertice bien sûr, le Visaurin, le Castillo de Acher, les Pics d'Anie et de Ger.

 

 Ça allait être dur à l'équipe de FL de revenir dans la partie... Elle ne se déclarait pas vaincue pour autant, et attaqua, attaqua sans relâche, passa par des moments difficiles, voire très difficiles, tant et si bien que même FN dut renonçer tout près du but. Ce fut très dur pour l'équipe, très très dur, mais en serrant les dents, il y arrivèrent. Eux aussi avaient réussi l'impossible :  ils avaient l'impression que tout le monde les regardait, à commencer par le grand Jean-Pierre... Ils avaient remonté leur handicap par rapport à l'équipe de DD, tout était donc à refaire....

 

La mi-temps fut sifflée peu après, les équipes pouvaient se refaire une petite santé.

À chaque équipe son rituel : l'une, la française, se ressourça frugalement puis fit une bonne sieste sur une belle prairie à l'abri du vent. L'autre, l'espagnole, se restaura  également, mais le fit à la dure, sur de la roche bien rouge ....en ayant eu bien soin auparavant d'avoir récupéré leur FN en bon état....

 

Toute chose ayant une fin, même les meilleures en ont une....il fallut bien reprendre les hostilités... (Toutes relatives...)

Les Aspiens le firent, sûrs de leurs supériorités tant techniques que morales.....

 

C'était sans compter sur l'opiniatreté de l'espagnol.....il en redemandait, le bougre!!! notamment un, PHD, qui voulait, passez- moi l'expression, "remettre le couvert" et attaquer tout de suite après la mi- temps afin d'inscrire un deuxième but au Vertice , afin de battre définitivement l'équipe adverse.....

Las,son équipe fatiguée ne le suivit pas et les deux adversaires se contentèrent donc d'un magnifique match nul, 1 à 1.

 

À la fin de la rencontre, le team à DD retrouva son CT près des véhicules et décidèrent d'un commun accord, d'aller à Aydius où les attendait certainement une foule en délire pour les acclamer et les féliciter de leur exploit de la journée. Et c'est ainsi que, guidés par le fameux GCM, personnalité du cru haute en couleurs,  nos participants purent visiter qui, la fontaine du bas du village, qui, l'église et son monument aux morts dédiés aux victimes de la guerre 14/18, etc, etc

Grand moment: la rencontre avec l'employé communal qui nous tint en haleine pendant un bon moment.

 

Puis vint l'heure des festivités bien méritées, avec un pot en l'honneur du coach DD au "Père Majou" d'Accous. Une foule en délire les y attendait, et ils ne durent leur salut que grâce à l'intervention du GIGN pour s'en sortir, mais là, je crois que j'exagère un petit peu....

 

Les autres, de leur côté s'en allèrent fêter dignement et le résultat et FL l'entraîneur, à la Venta du Pourtalet....

Évidemment, il y en des qui ne purent s'empêcher de contracter quelques menues ardoises afin de s'octroyer quelques boissons z' anisées z' ou maltées, et, cerises sur le gâteau, des cageots de .... cerises!!

Certains chauffeurs furent intraitables, et rappelèrent à leurs passagers que : manger à l'intérieur d'un engin à locomotion automobile tracté ou poussé, ou les 2  à la fois dans le cas d'un 4x4, qu'il soit avec sièges en cuir ou pas, diésel ou à essence, .... est formellement interdit, et surtout, et c'est stipulé dans le manuel du petit conducteur de 1948 alinéa 3 ter, surtout donc, dans le cas de fruits rouges à noyaux appelés vulgairement : " cerises", car ceux-ci, (les fruits rouges), en ont, (des noyaux), et ces derniers ont une fâcheuse propension à se loger, une fois débarrassés de leur partie charnue, soit dans les cendriers, soit sous les sièges, soit sur la plage arrière, bref, vous l'avez bien compris, dans tous les coins possibles et imaginables...et,ça, c'est tout bonnement  impensable pour tout conducteur responsable.

 

En tous les cas, nous ne  pouvons que remercier très chaleureusement les deux entraîneurs DD et FL pour leurs compétences sur terrain sec ...et nous encourageons également la relève, surtout celle représentée par FN, spécialiste hors normes du terrain gras, (voire très très gras...)à relever les nouveaux défis du monde actuel....(oui, je sais, cette fin de phrase ne veut pas dire grand chose, mais ça me fait plaisir ....)

 

Grand merci donc à vous tous,et remettez- nous ça!!!!

 

Philippe ((pour les sorties du 27/28/05/2015: pic de Lasnères,

                                               Et le 02/03/06/2015 : pic d'Anayet)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







CLUB ALPIN FRANCAIS BORDEAUX
96 COURS DE LA MARTINIQUE
33000  BORDEAUX
Contactez-nous
Tél. 05 57 87 66 66
Permanences :
merc 18:00-19:30 jeudi 18:30-20:00
Agenda