Carnet de route

Tous les chemins mènent au Cuq!

Le 24/02/2018 par Bertille

Tous les chemins mènent au Cuq ! 

Mardi 20 février, 7 heures : Roc Altitude, il pleut. 
Aire sur l’Adour, 9 heures, il pleut. Un ptit café pour se réconforter. 
Bagnères de Bigorre, 10h,45 il pleut.
Grip, 11h15 : IL PLEUT !
Mais au moins, on mangera au chaud. 
Le risque avalanche étant au maximum, direction Sainte Marie de Campan puis la petite route qui mène aux granges des Courtalets. Jean-Pierre nous mène sur la crête arrondie séparant les deux ruisseaux,  la Gaoube et la Gaoubole. Nous passons au-dessus du Courtaou de Sarroua ; si vous voulez en savoir davantage sur les activités pastorales du coin, lisez le compte-rendu de janvier. La pluie se transforme enfin en neige. Le brouillard s’épaissit, les GPS nous mèneront en contrebas du Tuhou Gran au Castet Sarradis (1781m) que l’on quitte vite fait : les flocons volent à l’horizontale dans le vent cinglant.  Résultat, des visages écarlates,  vraies trognes d’ivrognes ! Chaleur de l’accueil, comme toujours, à la Litbère. Vêtements et chaussures sont mis  à sécher. Vingt centimètres de neige tombent dans la nuit. Phildis, notre épistolier préféré, se réjouit de vérifier la qualité des pneus neige ! Peut-être Jean-Pierre va-t-il renoncer à nous faire découvrir les ressources inépuisables de son territoire ?  Mais non, mais non ! 
Le Bigourdan, lui aussi, est têtu. C’est un guerrier ! Un dur ! La météo doit s’améliorer vers 10h, partons. Si l’on ne peut monter au Cuq Crémail par l’itinéraire prévu, prenons un autre chemin ! En gascon, le cuq désigne un sommet arrondi. Mais un sommet quand même. A Germs sur l’Ossuet, le vieux monsieur qui tient le bistrot s’inquiète : « mais vous allez vous perdre dans le brouillard ! ».  La piste forestière est sûre, des biches (ou de jeunes cerfs ? plus grands que des chevreuils, le pelage plus sombre aussi, pas de cornes,il nous manque un naturaliste), détalent dans la neige vierge.  Le brouillard s’est dissipé, le soleil nous attend au sortir du bois. La cabane du Couret est plus haut, on la cherchera un moment. Panorama superbe sur le Montaigut le temps de pique niquer. Lumière étincelante. Des corniches dangereuses nous empêchent de prendre un itinéraire de descente différent. Revenons alors sur nos traces…
Le patron du bistrot nous attend : « j’ai allumé le feu ! ». Comment ne pas céder au bonheur d’être accueilli dans sa cuisine, devant un bon feu ? On nous offrira même des merveilles pour accompagner le chocolat ! 

Bertille

CLUB ALPIN FRANCAIS BORDEAUX
96 COURS DE LA MARTINIQUE
33000  BORDEAUX
Contactez-nous
Tél. 05 57 87 66 66
Permanences :
merc 18:00-19:30 jeudi 18:30-20:00
Agenda