Carnet de route

Balade à 3 temps...

Le 29/01/2018 par Bernadette

Balade à   trois  temps

Premier temps. Direction L’Auberge de la Bonne Etoile : les retardataires nous ont retardé (le responsable ne sera pas dénoncé, il se  reconnaîtra !).  Connaissez-vous L’Auberge de la Bonne Etoile ? 5 voire 6  étoiles  décernées  à l’unanimité à cet établissement qui sert un excellent café (cafetière italienne) et offre ces délicieuses étoiles qui lui ont donné leur nom. Etoiles légères, saupoudrées de sucre glace… L’aubergiste, un grand gaillard à la grosse voix, est un tendre, le cœur sur la main. On regrette de ne pas voir plus souvent le doux sourire de la femme de l’aubergiste,  encore au travail…

Deuxième temps. L’ami Jean-Pierre nous attend : direction le col de Beyrède.  Quelques centaines de mètres d’une petite route et nous voilà arrêtés par un costaud qui, couteau en main casse-croûte et veille sur une grande pancarte : Route interdite, BATTUE DE SANGLIERS. Ah ! On peut monter encore mais il est formellement défendu de s’engager dans le bois, on peut à la rigueur emprunter la piste qui traverse le dit bois … bizarre. On monte encore un peu.

Vu qu’il est 13 heures on suppose nos chasseurs achevant un repas peut-être arrosé ?

Vu que le calibre des balles est prévu pour des sangliers et que nous sommes, quand même, moins massifs (enfin, pas tout le monde),

Vu qu’une balle peut ricocher sur un tronc d’arbre et nous dégommer tout pareil,

Jean-Pierre change son fusil d’épaule !  

Direction le Pla de Bassia puis le Berdaou  dans la foulée.  Grand beau. Vue superbe sur toute la plaine, sur la chaîne, nous sommes juste au-dessus de Sarrancolin. 

Troisième temps : Jeudi matin. Le ciel est clair. Départ du Sarrat de Gaye, 9 heures, 1200m (à vérifier).  On monte à La Bèque[1] puis au Pla de Las Penès, d’où nous apercevons le Lac de Caderolles, et de là on file vers le Tuhou Gran. Midi au soleil, face au Pène Arrouy et au Pic de Montarrouye. Douceur printanière qui invite à la sieste.

Descente en suivant le vallon de la Gaoubole  jusqu’à la cabane de Sarroua[2] (épinard en patois). Celle-ci a été implantée sur un courtaou maintenant en ruines qui témoigne de la vie pastorale  basée sur la fabrication du beurre de Campan. En témoigne aussi La Fontaine au beurre[3] (1628) face aux Halles de Campan. Des espèces de dolmen à l’intérieur des murets nous intriguent : ce sont les piliers qui soutenaient la charpente  des granges à l’intérieur desquelles les vaches étaient traites à l’abri. Deux « laytès [4]» ou « houn de lèt » dans d’autres vallées, sont encore visibles ; le « laytès » est une cavité maçonnée construite à flanc de montagne, fermée d’une porte en bois et alimentée par une source qui la traverse et parfois même par un petit canal dévié depuis le torrent.  On  y mettait les bidons de lait qui y restaient bien au frais. 

Le quatrième temps nous réjouit : la balade s’achève alors que des nuages noirs  s’amassent. Retour sous une pluie battante.  Notre Bigourdan nous a encore offert deux belles balades ! 

Bernadette P.


[1] Pour ceux que ça intéresse : La Bèque : 1721m, Le Pla de Las Penès : 1910m, Tuhou Gran : 1911m (entre les 2 ça descend et ça remonte)

[2] Source : La dépêche 27.02.2002

[3] Source : art.loucrup65.fr/fontainecampan.htm

[4] Orthographe non fixée







CLUB ALPIN FRANCAIS BORDEAUX
96 COURS DE LA MARTINIQUE
33000  BORDEAUX
Contactez-nous
Tél. 05 57 87 66 66
Permanences :
merc 18:00-19:30 jeudi 18:30-20:00 Pour tout renseignement: secretariatcafbordeaux@gmail.com
Agenda