Carnet de route

Garbure et Magrets? mais pas que...

Le 09/12/2018 par Bernadette Poulou

Pour une fois, une seule ! Soyons sérieux !

Monhoa : 1021m, depuis Lasse dénivelée 14 km; 830 m (dénivelé cumulé)

Laurigna : 1278 m, 17,5 km ; 790 m (dénivelé cumulé), depuis le col d’Ibaneta, Ronceveaux.

Béhorleguy : 1265m, 8 km; 580 m (dénivelé cumulé), par le col Haritzarte puis le fil de crête.

Plus intéressant : le gîte Aldakurria, une ancienne cidrerie  qui dispose d’une vraie cuisine professionnelle. Car les 22 participants sont bien décidés à profiter des provisions apportées par Grand Montois.

Quelle énergie dès le premier soir ! Il fallait les voir s’activer toutes ces petites mains et grandes paluches. Et que ça pèle, ça épluche, ça découpe, ça râpe, ça tranche,  ça cisèle, ça émince, carottes, choux, pommes de terre, ail, oignons, ventrèche pour LA GARBURE, recette du chef-encadrant. L’œil aux aguets, le geste autoritaire, la voix sévère, un tantinet excédé : «  J’ai déjà dit qu’il fallait enlever les côtes du chou ! » On s’exécute avec l’humilité des néophytes.  La marmite est de bonne taille, la garbure va mijoter toute la soirée. Le lendemain il ne restera plus qu’à ajouter manchons de canard et gésiers confits. Et tant pis pour ceux qui n’ont pu rester !

Et pendant ce temps là….. se préparent les délices du soir. Maître Georges est aux fourneaux. Il a belle allure dans son tablier blanc de physicien (dans une autre vie). Il oeuvre avec la dextérité que donnent des années de préparation de magrets. C’est LE SPECIALISTE. Respect ! On le regarde avec admiration….

Le plat arrive sur la table : bien dorés les magrets… un peu trop dorés ? Comment dire ? Brunis par une flamme excessive ? L’aura du maître pâlit…Il lui faudra regagner notre confiance !

Je n’ose parler des bouteilles qui accompagnaient les délices, des confitures et pastis d’Amélie pour le matin.

Des esprits étroits, des âmes tristes pourraient  dire : « Mais que vont-ils faire en montagne ??? » Marcher ! mais si, mais si…

La montagne était belle. Dorée et paisible. Fougères séchées, feuilles mortes foulées avec ce bruit si particulier, entre crissement et chuintement. Seuls restent les pottoks qui s’approchent, curieux.

Et nous, tellement heureux !

Et voici la recette ! Pour 6 personnes

1kg de pommes de terre, 3 navets, 5 carottes, 1 poignée de haricots frais, un petit chou, 2 oignons, 1 bouquet garni, 6 gousses d’ail, 1 petit piment, 200gr de ventrêche, 6 manchons et 6 gésiers confit.

Dans un grand pot mettre 3 litres d’eau à bouillir, saler et poivrer. Quand l’eau bout, précipiter 600 gr de pommes de terre coupées en gros cubes, l’ail, le bouquet garni (thym, laurier, persil, origan, romarin), les carottes, les navets, les haricots. Laisser cuire doucement une heure.

Ajouter alors le cœur du chou coupé en lanières. 20 minutes après, mettre les manchons, les gésiers et qq pommes de terre qui seront disposées autour. Ajouter le petit piment. Poursuivre ensuite la cuisson 30mn.

Ne pas oublier notre halte à l’abbaye de Ronceveaux : Hommage à Roland, le preux chevalier

Co sent Rollant que la mort le trespent,

Devers la teste sur le quer li descent,

Desuz un pin i est alet curant,

Sur l’erbe verte s’i est culchet adenz,

Desuz lui met s’espee et l’olifan,

Turnat sa teste vers la paiene gent.

Pur ses pecchez Deu en purofrid lo guant...

Et retrouvez les photos  de cette sortie ici!







CLUB ALPIN FRANCAIS BORDEAUX
96 COURS DE LA MARTINIQUE
33000  BORDEAUX
Contactez-nous
Tél. 05 57 87 66 66
Permanences :
merc 18:00-19:30 jeudi 18:30-20:00 Pour tout renseignement: secretariatcafbordeaux@gmail.com
Agenda